Déjà un mois que la rentrée a eu lieu...

 

Malgré cette rentrée si particulière, votre enfant/ ado  doit maintenant avoir construit ses repères, retrouvé ses ami(e)s ou fait de nouvelles connaissances,  compris les attentes de  son / ses enseignant(es) et trouvé un rythme de travail adapté qui lui permet d'allier apprentissages et temps de loisirs.

Si ce n'est pas le cas, si votre enfant vous semble triste ou inquiet, s'il a un mauvais  sommeil, s'il se plaint de ses journées d'école et manifeste le désir de rester à la maison, s'il est isolé, s'il redoute les premières évaluations...N'attendez pas. Les difficultés ont plutôt tendance à s'enkyster qu'à disparaître d'elle-mêmes.

Prenez RV avec l’enseignant ou le professeur principal et allez y si possible avec votre enfant.

Il suffit parfois d'un simple entretien pour que l'enseignant modifie son regard sur l'enfant et que celui ci  se sente mieux compris !

Si les difficultés persistent, cherchez de l'aide car toutes les équipes enseignantes ne sont pas à même d'apporter des réponses satisfaisantes à un élève atypique ...


Nos news

Toussaint : faut-il parler de la mort aux enfants ?

      Depuis début 2020, le nombre d'enfants et d'adolescents qui évoquent leur peur de la mort - peur qui peut perdurer jusqu'à l'âge adulte... - est en augmentation. Quels sont les éléments déclencheurs ?  Incendies en Amazonie et en Australie ?  Covid 19 ? Ou plus généralement un monde perçu comme anxiogène par nombre de surdoués  ? 

      Parfois, aborder cette question fait si peur qu'il est difficile de s'y confronter directement en la nommant...

      A la place, c'est la vieillesse d'un animal domestique qui est évoquée. D'autres fois, rien n'est dit mais des symptômes apparaissent peu à peu, comme un rapport au temps qui passe, totalement incompréhensibles pour l'entourage, ou un intérêt marqué pour les records de longévité dans le règne animal et végétal...

      Quelles que soient ses manifestations, l'angoisse face à la mort doit absolument être dite pour pouvoir être dépassée. En n'oubliant pas que parler de nos disparus n'est pas la même chose que parler de la mort en général, et n'aura pas les mêmes effets apaisants. Si les échanges sur ce thème ne parviennent pas à  ramener suffisamment de sérénité, n'hésitez pas à consulter un professionnel qui saura vous écouter et vous accompagner  en dehors de tout affect familial.


Pour aller plus loin...

 lamortsionenparlait.fr, émission le 1er novembre à 17 h avec notamment Christophe Fauré et Boris Cyrulnik + des conférences et des débats


Le C.R.P.I. vous propose des prises en charge adaptées à votre problématique,

dans le respect de vos différences, la confiance en votre potentiel et une bienveillance sans faille.

Centre ressource pour la précocité intellectuelle - C.R.P.I   - Complexe INDAR - Bât. H - rue François COLI -  33295 Blanquefort Cédex /

                                         - Route de la forêt - 33660 Porchères